Le Seigneur acclamé est aussi le Seigneur crucifié. Confions lui nos inquiétudes et nos prières.

 Confions au Seigneur notre déception de ne pouvoir, cette année encore, l’acclamer  par nos hosannas, rameaux à la main. Pour les prêtres et les laïcs qui mettent tout en œuvre pour nous faire vivre la semaine sainte d’un cœur ardent : prions.

Confions au Seigneur la colère qui monte de partout devant les allers et retours des mesures sanitaires. Afin qu’elles soient, envers et contre tout, un chemin d’espérance, prions.

Confions au Seigneur la question qui divise. Pour les marginaux, désireux de trouver leur place dans l’Église et dans la société,  prions.

Confions au Seigneur notre prière plus fervente, nos gestes plus fraternels. Lui qui nous offre son pardon par le sacrement de la miséricorde, accueillons ce moment de grâces avec reconnaissance, prions

Dieu de tendresse et d’amour, reçois nos prières. Nous t’en supplions par  Jésus, ton Fils qui nous a dit: « Soyez sans crainte, je suis avec vous jusqu’à la fin du monde ».

(Suzanne Lamberts)