Un homme avait deux fils. Prions le Seigneur qui nous invite, nous aussi, à travailler dans sa vigne. 

Un « oui » peut être dit, sans y donner suite. Un « non » peut se transformer en un « oui » généreux. Toi qui sais combien notre cœur est partagé, donne-nous d’entrer dans tes vues, sans tergiverser. Seigneur, nous t’en prions.

À tes yeux, Seigneur, aucun homme n’est classé définitivement quelle que soit son histoire. Jésus a même évoqué les collecteurs d’impôts et les prostituées. Pour ceux et celles qui hésitent à te faire confiance, nous te prions.

Travailler dans la vigne, dans le champ de l’Évangile demande des gestes très simples: un peu de tendresse, un sourire, une écoute, un partage. Toi, qui nous veux solidaires plus que jamais, Seigneur, nous  te prions.

Solidaires, nous le serons aussi en ce dimanche où l’Église universelle prie pour le migrant et le réfugié. A l’heure où le Covid 19 les a placé en arrière-plan, comme le déplore le pape François, redoublons d’attention envers eux, Seigneur, écoute nous.

Dieu notre Père, à toi tout honneur et toute gloire par Jésus, ton Fils, notre Seigneur.  Amen.(S.L.)